21/06/2008

L'observateur télévisuel : RTL TVI - Le Choix du Chef BBQ

Feu "1000 secondes" ? La direction des programmes de RTL TVI aurait-elle tenu compte de la polémique concernant cette émission qui a animée les commentaires de ce blog ? Il serait très présomptueux de le croire.
Toujours est-il que 1000 secondes a pour l'instant disparu de l'antenne depuis fin mai semble-t-il pour faire place à : Le Choix du Chef BBQ à 12h05 avec Maria del Rio et le Chef David Martin. Emission plus courte puisqu'elle ne dure que 10 minutes.
                            
                                   Maria del rio
Bien sûr on peut penser que compte tenu du thème, l'émission ne durera que l'espace de l'été.
Pour la première fois ce midi je vais la regarder. Bientôt les commentaires.
En tout cas, tous à vos magnétoscopes et autres graveurs !!!

11:20 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

ChristianChezMmmmh !!! Le retour !!!

Les choses de la vie sont telles que parfois il faut s'éloigner de ce qui tient à coeur.
Ouahh ! Que c'est beau ! Pour dire que je me suis absenté quelques mois de ce blog.
Il y a quelques jours, j'étais en train d'écrire mon post de "Retour" lorsque mon fichu P.C. s'est planté. Il m'a fallu rebooter et ça m'a pris 3/4 d'heure (ben oui hein !! vieux le P.C. il est de 2003) Alors je n'avais plus envie de retaper tout ce que j'avais écrit avant le plantage.
J'allais faire le retour de l'observateur télévisuel. Bon, bien sûr, les émissions dont je voulais parler sont passées. Mais j'ai quelques chroniques en réserve quand même.
Comme... La disparition de 1000 secondes !!! ;-))
Alors !! Tous à l'écoute !! Faites chauffer les graveurs de dvd et autres magnétoscopes !! C'est reparti !!!

02:58 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

27/12/2007

L'observateur télévisuel. TV5 : dans les coulisses de Rungis

Après le bien intéressant reportage d'hier sur France 3 à propos des fromages, ce soir c'est TV5 qui s'y colle. Avec une redif toutefois.
En 3 épisodes, nous allons visiter Rungis. Le reportage étant de 2005, ce sera avec plaisir que nous pourrons nous replonger dans le ventre de Paris, de la France et d'ailleurs.
Tous à vos magnétoscopes et autres graveurs.
Voici ce qu'en dit la chaîne :

 

annee : 2005

Durée : 85'

Numéro de l'épisode : 1

Nombre d'episodes : 3

DANS LES COULISSES DE RUNGIS
Nous sommes quelques jours avant Noël, le marché est en effervescence. Aussi vaste que la principauté de Monaco, Rungis nourrit aujourd'hui un quart de la population française et plus de dix-huit millions d'Européens. Cette gigantesque ruche, où se croisent chaque jour plus de 20000 négociants, est même devenue depuis quelques années une destination touristique au programme des circuits de certains voyagistes. Les curieux découvrent aussi une drôle de ville, divisée en pavillons, dont le plus animé est celui des volailles et des gibiers. On y retrouve Gino, le roi du foie gras. Ce vendeur hors pair est toujours en quête d'idées pour attirer et fidéliser les acheteurs.

Réalisation : Patrick Dedole, 2005.
Pays : France

 

18:47 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

26/12/2007

L'observateur télévisuel. France 3 : Ces fromages qu'on assassine

Une émission à ne pas manquer ce soir sur France 3. On y verra la lutte que certains fromagers mènent contre les groupes industriels afin de sauvegarder le patrimoine gastronomique réprésenté par la diversité des productions régionales ou locales.

Voici le résumé qu'en fait la chaîne :
CES FROMAGES QU'ON ASSASSINE ! - Docu. - Economie 
©
Origine : Fra. (2007) Stéréo.


Réalisation : Joël Santoni et Jean-Charles Deniau.
Date : 26/12/2007
Horaire : 20H50 - 22H45
Durée : 115 mn


De l'Europe aux Etats-Unis, Joël Santoni et Jean-Charles Deniau ont mené l'enquête au coeur du conflit qui oppose les petits producteurs de fromages aux géants de l'agroalimentaire. Ils mettent ainsi en lumière ces deux mondes qui s'affrontent: d'un côté, les défenseurs du goût et de la diversité, de l'autre, les firmes multinationales, les lobbies et la mondialisation. Un conflit analysé par Périco Légasse, journaliste gastronomique, et Erik Svensson, jeune Suédois d'origine française, qui, à bord de leur camping-car, ont parcouru 20 000 kilomètres en France, en Italie, en Belgique et aux Etats-Unis. Le constat qu'ils font à l'issue de cette période d'investigation est pourtant loin d'être négatif: ils mettent notamment à bas quelques idées reçues.
Tous à vos magnétoscopes et autres graveurs.

12:51 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

10/12/2007

CuisineTV : Allez comprendre !!

Curieux de tout ce qui se fait en cuisine, je me suis abonné il y a déjà bien longtemps à la News de Cuisine TV.
Parmi des choses bien intéressantes, j'y avais souvent trouvé quelques ... anomalies.
Je pense que cette fois on frise le ridicule pour ne pas dire le grotesque.
C'est aussi vrai pour bien des rubriques gastronomiques d'hebdos télévisuels ou féminins où les rédacteurs des recettes pensent davantage à leurs piges qu'à la vraisemblance de leurs recettes.
Voici donc la recette proposée par Eric Leautey (par ailleurs "Chef" sur France2 le matin) http://www.cuisine.tv/index.cfm?co_id=13647  (passons sur l'ortographe, moi aussi je fais tout plein de fautes de frappe...) :
Cuisiner de manière original le chapon grâce à Eric Leautey (C'est sûr !! C'est original hihihi.)

                                    ericleautey

Le chapon poché rôti

Ingrédients : 1 chapon, 500 g de marrons frais, 100 g de champignons, 100 g d'abricots secs, 100 g de petites poires, 100 g d'échalotes grises, 100 g de mini-fenouil, 1 l de graisse d'oie, 2 l de bouillon de poule, thym, romarin, ail, sel/poivre

Déroulé :
Préparer un bouillon de poule en faisant cuire une poule dans de l'eau, un oignon brulé, des carottes, un poireau, du thym, de l'ail, du romarin et du laurier.
Retirer la poule et la remplacer par le chapon. Le faire pocher 1h pour le 1er kg et 10 min par 100 g (ex : pour un chapon de 3.5 kg : 3h50).
Une fois le chapon poché, l'égouter et le faire rotir 10 min à 280° dans un four préchauffé à 200°.
Pour la garniture faites revenir des champignons et dans une casserole faire cuire les poires, le fenouil, les abricots secs et les échalotes.
Servir après avoir laissé reposé le chapon 10 min.


Je ne vais pas faire une analyse complète de sa recette mais simplement relever quelques points.
- Dans les ingrédients, on voit 1 litre de graisse d'oie (eh oui !!! pas moins !!!)
Question. A quoi sert ce litre de graisse dans la recette ??
- Comment peut-on faire rotir 10 minutes à 280° dans un four préchauffé à 200° ???
- Pour le temps de cuisson, je dois avouer que je m'y perds un peu !!! 1h00 pour le premier kilo. Ca ok, je veux bien. Mais après ???!!!??? 10 minutes par 100 gr (y compris le premier kilo ??) soit dans l'exemple 3,5 kg = 3h50 selon ce bon Eric !!!
Je me perds en conjectures ! Ce toujours bon Eric aurait-il oublié qu'une heure fait 60 minutes ??? Un chapon de 3,5 kg fait 3500 gr, soit 35 fois 100gr donc 35 fois 10 minutes. 35 fois 10 minutes font 350 minutes à diviser par 60 pour voir le nombre d'heures = ??? 5h50 !! Auxquelles on ajoute l'heure prévue pour le premier kilo = 6h50 de cuisson. ... Va être bien cuit le chapon !!!
De plus en plus de gens reviennent au plaisir de la cuisine, ce qui attire beaucoup de convoitises. Bien des "Chefs" ou "pseudos-chefs" veulent faire de l'argent en "communiquant" leurs merveilleuses recettes.
Qu'ils le fassent, ils ont bien raison. Mais qu'ils le fassent bien !!!
Je n'ose pas imaginer le nombre de cuisiniers amateurs qui vont suivre pour Noël la recette dont je viens de parler.

01:12 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

14/11/2007

L'observateur télévisuel. France2 : Les 100 qui font bouger la France

Ce soir France 2 s'intéresse à nos assiettes et à leur contenu. Bon au goût ? Bon pour la santé ? Les reportages devraient nous en apprendre beaucoup. Voici ce qu'en dit la chaîne :
Anti-kilos, anti-malbouffe !
mercredi 14 novembre 2007 à 20h50


Les 100 qui font bouger la France, le nouveau magazine événement de France 2, propose, pour son 2ème numéro, le thème suivant :
« Manger mieux : leur grand défi ! »

Distributeurs, cuisiniers, médecins, critiques gastronomiques, scientifiques ou chefs d’entreprises, « les 100 », ce soir, se penchent tous sur nos assiettes. Ils cherchent, alertent, militent… et agissent.

Leur credo ? Nous faire manger mieux, sans danger, et moins cher !
Parmi « les 100 passionnés », Michel-Edouard Leclerc, David Servan-Schreiber, Carole Bouquet, Christophe Lambert et
Jean-Pierre Coffe : ils réagiront, expliqueront et débattront des
combats, initiatives et questions des 95 autres Français présents sur le plateau.

Faut-il avoir peur de ce que l’on mange ?
Peut-on éviter le cancer en mangeant mieux ?
Sommes nous condamnés à grossir?
Faut-il être riche pour bien manger ?
La gastronomie française est-elle encore la meilleure ?

Reportages :
- Enquête sur les pesticides
- Dans le secret d’une consultation d’enfants en surpoids
- Décodage express des étiquettes
- Hausse des prix : le système D pour la contourner
- Excellence française : dans les cuisines de l’Elysée
- Dans les coulisses des usines alimentaires

Tous à vos graveurs et autres magnétoscopes.

11:44 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

12/11/2007

L'observateur télévisuel. ARTE : Nos terroirs sont-ils foutus ?


camembert
Demain, mardi 13 novembre, ARTE nous propose un Thema sur la mondialisation et ses effets sur nos terroirs.
En partant des exemples du camembert et de la pêche, ARTE braque ses projecteurs sur ceux qui tentent de s'adapter aux lois du marché tout en défendant leur terroir.
Voici ce qu'en dit la chaîne :

Quand la mondialisation se nourrit du terroir



Le terroir et la mondialisation. Deux notions très vastes qui charrient des idées bien précises dans l'imaginaire collectif. Un terroir tout blanc et une mondialisation toute noire ? Un raccourci bien simpliste au regard de leur impact social et économique, de leur dimension humaine et culturelle.

Le tourisme vert, les gîtes ruraux, le plat typique autour d'une vieille table en bois. Tels sont les clichés véhiculés par l’image du terroir, les instantanés que recherchent les adeptes du retour à la nature. Il faut de l'authenticité, le parfum de la tradition, les effluves de la convivialité liées à l'idéalisation d'un passé. Il s'agit en fait de prendre du plaisir. Le terroir a une connotation affective, il évoque le dialogue entre la nature et la culture, et surtout, il rassure.
Et ce même si le « produit du terroir » renvoie à l'image d'un certain luxe ou d'un caprice. Car, et c'est là ce qui fait la différence, le terroir a un prix. Et quand on peut se l'offrir, on n'hésite pas. Il n'y a qu'à constater la concentration des épiceries fines, des commerces bio, des fromageries de quartier et des fabriques artisanales dans les campagnes.

Le terroir comme repère
Par exemple, un camembert ou un Saint-Nectaire fermier remportent à coup sûr les suffrages face à un fromage sans âme élaboré en quantités industrielles. Idem pour le pain. Le Français et sa baguette, c'est une baguette croustillante, craquante, à la mie aérée et digeste. Et non des ersatz caoutchouteux de grande surface ou de chaînes boulangères.
On recherche donc avant tout un goût, une odeur, un repère face à l'agressivité de la mondialisation ; on fait aussi confiance à un label. Agriculture biologique (AB) pour attester d'une qualité environnementale, Label Rouge agricole de qualité supérieure, appellation d'origine protégée (AOP) au niveau européen et déclinée en France en AOC… Pour le coup, cette appellation d'origine contrôlée représente une garantie solide pour le consommateur, en plus de constituer un moyen de défense du terroir. Quand un produit est réputé et qu'il dépasse les frontières, il faut le préserver. Et le répertorier, en France, à l'INAO, l'institut national de l'origine et de la qualité. L'ordonnance française du 7 décembre 2006 valorise justement les produits agricoles, forestiers ou alimentaires et les produits de la mer.
Au niveau européen, l'AOP date de 1992 et protège, d'après la définition de la Commission européenne, « la dénomination d'un produit dont la production, la transformation et l'élaboration doivent avoir lieu dans une aire géographique déterminée avec un savoir-faire reconnu et constaté ». L'AOP fédère ainsi l'AOC française, la geschützte Ursprungsbezeichnung (gU) allemande ou encore la Denominazione di Origine Protetta (DOP) italienne. En somme, uniquement des éléments bien concrets de terroir.

Saint Graal au nom du profit
Illustration avec la feta grecque qui fait partie des quelque 150 fromages, beurres et crèmes étiquetés AOP en Europe. Depuis octobre 2005 et une décision de la Cour européenne de justice, il a été reconnu que la feta est « le fruit de la tradition ancestrale du pâturage extensif et de la transhumance » et que « la flore spécifique » de « certaines régions de Grèce » lui confère « une saveur et un arôme particulier ». Impossible donc de faire de la feta une appellation générique alors qu'auparavant 90% de la feta provenaient essentiellement de France, d'Allemagne et du Danemark. Le groupe français Lactalis a notamment dû éliminer le mot « feta » de l'intégralité de sa production.
Autre exemple avec le tokay, devenu une exclusivité hongroise le 1er avril 2007. L'Alsace et son Tokay Pinot Gris ainsi que l'Italie, avec son Tocai, perdent ainsi une appellation renommée, ce qui permet toutefois d'éviter la standardisation des vins. D'après Jonathan Nossiter, réalisateur du documentaire Mondovino et auteur de Le goût et le pouvoir (Ed. Grasset), les vignerons-artistes savent « créer une identité bien définie et méritée » en tirant de leur vigne l'expression d'une histoire et d'un sol. Malgré tout, il ne faut pas se recroqueviller sur soi-même car le terroir est aussi « une volonté d'avancer vers l'avenir en demeurant solidement ancré dans un passé collectif ». C'est dans cette faille que s'engouffrent les gourous du paradis néolibéral : les multinationales font donc du terroir un nouveau créneau porteur et partent en quête d'un saint Graal au nom du profit. La mécanisation remplace la fabrication façon « grand-mère » et les produits du terroir s'imposent dans les rayons spécialisés des hypermarchés.

PAC et mondialisation : le prétexte environnemental
Bien souvent, la science s'en mêle. Et pour proposer du 100% typique et artisanal, on perfectionne la qualité des matières premières. On croise génétiquement les vaches afin d'optimiser le goût de la viande, on sélectionne les blés en fonction de leur teneur en protéines et en gluten, on cherche à maîtriser les présures naturelles des fromages pour les conserver plus longtemps et on contrôle la température de macération et de stockage des vins pour mieux les stabiliser.
Etait-ce pour autant mieux avant ? Pas forcément nécessaire de réciter cette litanie puisque la mondialisation offre aussi ses avantages, en dépit des dégraissages sociaux ou de l'uniformisation du goût de consommateurs prévisibles et « dépourvus de toute dimension idéologique ». Elle permet d'investir de l'argent dans de nouveaux espaces et d'insuffler progrès technique puis croissance économique dans des régions à la santé parfois précaire. Peuvent donc se développer des bassins d'activité avec des emplois à la clé.
Ne négligeons enfin pas le rôle de la politique agricole commune (PAC). L'objectif d'un marché agricole commun est louable au départ, comme exprimé dans l'article 39 du Traité de Rome en 1957 : il s'agit d' « accroître la productivité de l'agriculture grâce au progrès technique, de stabiliser les marchés, d'assurer des prix raisonnables de livraison aux consommateurs et un niveau de vie équitable à la population agricole par le relèvement du revenu individuel ». Et donc de favoriser un protectionnisme européen grâce à des subventions. A défaut, le nombre d'agriculteurs en activité serait en chute libre.
Mais aujourd'hui, l'intervention publique au profit du monde agricole se justifie aussi politiquement. L'agriculture productiviste ou l'étiquette du terroir s'inscrivent de toute façon dans un objectif d'intérêt général reconnu, celui de la protection de l'environnement et de la mise en valeur de l'espace rural et de son développement. Et qu'elle soit appréciée ou stigmatisée, la mondialisation a là aussi son mot à dire puisqu'elle renvoie à la puissance de l'argent.
Tous à vos magnétoscopes et autres graveurs.

10:54 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

28/10/2007

Faisan au chou

Dans l'!dée du terroir, je me suis fait un faisan au chou.
Une poule faisane bien dorée, dans un beurre noisette.
J'ai blanchi un beau gros chou dans une eau très salée. Je l'ai égoutté.
Dans la sauteuse où le faisan cuisait, j'ai rajouté le chou et un peu de fond de volailles.
J'ai laissé cuire jusqu'à ce que le faisan soit tendre.
Quelques girolles en accompagnement et ... ouah!!! J'en pleure...

00:36 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

14/10/2007

L'observateur télévisuel : Merci Céline RTBF la 2

Passionnée; amoureuse des cuisines du monde; Céline était ce vendredi soir une nouvelle fois participante d'un cours Mmmmh!.
Combien de cours a-t-elle suivi ? Je n'en sais rien. Elle non plus.
Céline est une passionnée de la cuisine du monde. Bientôt, en décembre, elle va redécouvrir le plaisir de la cuisine de rue à Bangkok. Combien je l'envie !
Passionnée qu'elle est, Céline m'a fait découvrir une nouvelle émisson à la télé.
C'est sur "La deux" le samedi à 14h20 (pour autant que la chaîne soit à l'heure, ce qui est rare). Globe cooker. Je n'ai pas eu l'occasion de voir cette émission ce samedi. Heureusement mon magnéto a fonctionné.
Merci Céline

00:37 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

25/09/2007

L'observateur télévisuel : Escapade en Loire le feed back !

Guy Lemaire a eu bien de la chance de tourner ce reportage dans cette superbe région.
Un joli reportage d'ailleurs. Montrant bien les diversités oenogastronomhistoricoculturelles de cette région trop mal connues. Je ne parle pas bien sûr de ses Châteaux que le monde entier vient admirer, mais davantage de ses atouts de saveurs, de produits, qu'ils soient gastronomiques ou viticoles.
Il est toujours de bon ton de vanter les mérites d'un Bourgogne ou d'un grand cru du Bordelais bien sûr; de la cuisine de Lyon ou du Sud-Ouest avec ses foie gras et de ses confits.
Doit-on pour autant toujours oublier ces "Charcutailles canailles", ces fromages de vache ou de chèvre qui abondent sur le coteaux de Loire ? Ces vins qui de quelque couleur qu'ils soient accompagnent à merveille l'ensemble des mets ?
Les participants des divers circuits que j'ai organisé auront pu retrouver dans ce reportage M. Gendrier, viticulteur à Cheverny. Il n'y a malheureusement fait qu'une très courte apparition, sans expliquer la passion qu'il met dans ses vins élevés en biodynamie.
Aussi complet que ce reportage ait pu l'être en 26 minutes, il y aurait tant de chose encore à décrire sur cette région.
Les champigons des bois, le gibier à poils et à plumes, les poissons d'étangs, les andouillettes de Vouvray et les andouilles de Jargeau, les rillauts, les rillettes, les fromages de chèvre de Sainte Maure ou de selles sur Cher voire de Valençay, la Tarte Tatin de Lamotte Beuvron.....
Si Guy Lemaire souhaite faire quelques reportages de complément, c'est sûr ! Je suis à sa disposition !!

02:31 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/09/2007

L'Observateur télévisuel : RTBF La Une

Un peu de chauvinisme ne fait de mal à personne.
Demain à 13h35, la Une propose Escapade Gourmande le long du fleuve des Rois ... La Loire!!!
Sans doute les participants des différents circuits oenologiques que j'y ai organisé pourront s'y retrouver et qui sais ? retrouver l'un où l'autre producteur rencontré lors des séjours.
Voici le résumé de l'émission :
Escapade gourmande

Le tracé de la Loire : entre ses méandres, une palette de goûts?

Classé en partie au patrimoine mondial de l'Unesco, le tracé de la Loire nous invite à une "Escapade gourmande" toute en douceur. Une descente de fleuve à travers vignobles réputés, caves de tuffeau transformées en champignonnières, habitations troglodytiques, ... mais aussi visites de châteaux, de parcs et de jardins... le tout sous l'oeil de chefs étoilés, de "petits producteurs"... et d'amoureux "du bien manger".

Sandre de Loire au beurre blanc, écrevisses au Muscadet, fouasses dégustées sous la terre ne sont ici que quelques-unes des spécialités que Guy Lemaire se fera un plaisir de nous faire partager.

Le vignoble sera bien entendu mis à l'honneur et nous servira de fil conducteur à travers plusieurs appellations aux goûts et saveurs bien différents, même si un point commun relie tous ces grands vins... ce sont avant tout des breuvages simples et de plaisir... un plaisir que les vignerons partagent de plus en plus souvent en ouvrant leurs caves aux touristes de passage. Une charte d'accueil du touriste est d'ailleurs signée par nombre d'entre eux...

Alors cette fois-ci plus encore que d'habitude, Tous à vos magnétoscopes et autres graveurs !!!

13:26 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/09/2007

L'observateur télévisuel. France 3 : Des racines et des ailes

Un numéro des Racines et des ailes à ne pas manquer !!
Ce soir à 20h50 France 3 nous dit : 'Tous Gastronomes' !!
des racines et des ailes
Voici ce qu'en dit la chaîne.
A table ! La France a faim ! Des quatre coins du pays, les amateurs de bonne chère se lèvent pour déclarer leur flamme aux joies du palais et se mitonner de bons petits plats.
Sébastien Daguerressar est parti à la rencontre de ces hédonistes pour qui partager un repas est bien plus qu’une affaire de goût.
Cette fois, c’est sûr : tous gastronomes !

Donc tous à vos graveurs et autres magnétoscopes.

12:09 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

03/09/2007

L'observateur Audio : Radio Contact


radio contact
Durant la semaine qui vient de s'écouler, Radio Contact proposait un concours dont les prix étaient "Un Chef à Domicile".
Il s'avère que le Chef en question est votre serviteur ! J'irai donc cuisiner chez 4 lauréats à travers le pays.
Les lauréats seront contactés pour expliquer le déroulement de la soirée en direct sur l'antenne vers 19h50 le 3,4,6,7 septembre.
Donc tous à vos transistors et autres chaînes hifi

11:19 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

19/08/2007

Bon ! Ben finissons-en. Tout s'explique !!

Je réponds en post aux derniers commentaires.
Ok Valnor, je dirai simplement (comme Julien) que les blogs sont des moyens d'expression. Ils permettent à chacun de s'exprimer.
Je ne suis pas certain que les plus frustrés soient ceux que vous indiquez. Regardez-vous peut-être dans un sorbet ! Ah flûte je voulais dire dans la glace !!! ;-))
Ok Julien. Mille excuses. Je croyais à une blague de l'un ou l'autre de mes amis. La confusion était possible puisque le sujet d'actualité était 1000 seccondes sur Rtl Tvi et que vous parliez d'une autre émission.
Vous m'avez fait connaître cette """superbe""" émission de la RTBF animée par Eric Boschman. Je dois avouer que tout "Obsevateur Télévisuel" que je suis, je n'avais jamais vu "File-Moi ta recette".
D'ailleurs, doit-on dire: File-Moi ta recette. ou Files-Moi ta recette ?
Pour ne pas mourrir idiot, j'ai regardé l'émission sur le web. Et... je comprends votre réaction ainsi que celle d'Eric.
Celle d'Eric d'abord.
Comme le schéma de l'émission est très proche des 1000 secondes de Mattagne, on peut comprendre qu'il défende son confrère.
La votre ensuite, Julien. 
Il est vrai que dans la Food and Wine Academy, Christelle est davantage la cuisinière qu'Eric qui est le Sommelier. Donc, que ce soit lui qui opère en cuisine à la télé avec une comédienne, on peut comprendre vos doutes et votre réaction. L'attirance des spots !!! La médiatisation !!! Peut-on lui reprocher de mettre sa "bobine" à la télé ?
Qui tire le mieux son épingle du jeu ? Yves Mattagne ou Eric Boschman ?
J'aurai tendance à dire Boschman. L'émission est vraiment moins agaçante que celle de Mattagne.
Même si ...

02:24 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

13/08/2007

RTBF / RTL-TVI La guerre?? Qué Pataquès !!

Quand je parlais de ""Pataquès", Je n'imaginais pas que ce serait à ce point !
....Julien... ?!?!?  (j'ai quelques idées sur son identité...;-))) vient mettre le trouble absolu avec son commentaire sur le post concernant Eric Boschman.
Il y mêle tout et rien. Confondant RTBF et RTL TVI, le Cuisinier et le Sommelier... Je me demande (non, j'en suis sûr) s'il ne l'a pas fait exprès, le connaissant!!! (enfin ...je crois... le connaître!!!)
Brisons là avec cette histoire de stupides émissions !
J'en ai d'autres à vous proposer !
Sur AB3 par exemple!!!
Ben oui AB3. Ah c'est sûr il faut la trouver la bonne émission sur AB3. Eh bien je l'ai trouvée !
Le vickend, tout bonnement. Le samedi et le dimanche à 13h00 : Recettes et Match.
PÔvre Mattagne !! Il fait pâle figure !!
Le samedi et le dimanche encore, mais cette fois sur France 5. Fourchettes et sac à dos avec la frêle et jolie Julie Andrieu.
Julie Andrieu
Elle parcours le monde de la gastronomie comme j'aime le faire (véronique je n'oublie pas ta demande de programme pour l'Inde), mangeant ici des oeufs de mouches, là un tajine aux citrons confits.
Quand je vois toutes ces "vraies" émissions, ou que je goûte toutes ces saveurs sur le lieu où elles sont créées, je me dis qu'il est bien dommage de réduire la gastronomie à 1000 secondes !

00:43 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

07/08/2007

Après Escoffier voici Mattagne !!

 
 
Oufti !! Quel pataquès !!!
 
Il y a quelques mois la bataille faisait rage sur ce blog. Escoffier était-il le maître Incontesté et Définitif de la Vraie Cuisine Française !!!
V'la't'y pas que maintenant tout tourne autour d'Yves Mattagne !!!
Les commentaires sur mon post de mars 2006 ne cessent de se suivre.
Je ne voudrai pas paraphraser un homme politique Français en disant "Je vous demande de vous arrêter !!" Non je ne le ferai pas.
Le discours de chacun est passionnant, amusant et plein de... vérité.
 
La polémique se fait maintenanr sur l'émission ..."Culte ??"... : 1000 secondes sur RTL TVI (je ne peux pas vous donner l'horaire puisque je ne la regarde plus depuis bien longtemps)
 
Si l'on s'en réfère aux commentaires, tous les téléspectateurs ont la même idée ZAPPER !!!
 
Que ce soit Eric Boschmann fervent défenseur de Y.M. :
 
 "que l'émission puisse crisper, c'est plutôt compréhensible; l'un et l'autre jouent un rôle qui n'est pas du tout proche de leur personnalité respective. Agathe est nettement moins con en vrai que dans son rôle de potiche blonde, tandis qu'Yves est loin d'être le sale con macho qu'il incarne. Mais c'est un choix de production, et si ça marche, hein...."
 
Où encore Valnor un anonyme également grand défenseur de Y. M. :
 
"Je ne trouvais cette émission pas vraiment attrayante pour moi, elle avait plutôt tendance à m'énerver et comme toute personne un temps soit peu cortiquée j'avais une grosse tendance à zapper."
 
Cela voudrait-il dire que le schéma de l'émission n'est pas le bon ??? Si les défenseurs du Chef... Vedette... de cette émission pensent de telles choses, il y a sûrement pour la Prod des questions à se poser !!!
 
Je voudrais aussi rétablir une chose pour ce qui me concerne (ça fait plusieurs fois que j'utilise cette expression. Va falloir que je travaille mon vocabulaire).
 
Eric se demande pourquoi on parle de Y. M. qui veut se faire des cachets et pas de Ducasse et autres qui s'en font des tonnes.
 
Je suis bien d'accord, le preuve.
 
Je fais ci-dessous des copier/coller de précédents posts qu'il vous est loisible de retrouver dans les archives.
Eric pourra ainsi voir que Y. M. n'est pas si mal loti dans mes commentaires. ;-)) Je crois que Ducasse l'est bien davantage.
 
19-02-2006
Utilisez ce lien si vous voulez ajouter un signet ou un lien direct vers cet article...L'observateur télévisuel le retour !! ARTE encore et toujours !!!
ARTE remet le couvert. Du lundi 20 au vendredi 24  de 20h15 à 20h45 ARTE nous propose une série d'émission sur Alain Ducasse.
Certainement le Chef le plus étoilé du monde, Alain Ducasse ne laisse personne indifférent. On l'apprécie ou pas. On le prend pour un génie de la cuisine ou pour un homme d'affaires particulièrement avisé.
 
 
Avec ses restaurants à Paris, Monaco, New-York, Hong Kong,L'île Maurice... il passe sans doute plus de temps dans les avions que dans les cuisines.
ARTE le suit dans les coulisses du Plazza Athénée.
23-02-2006
Utilisez ce lien si vous voulez ajouter un signet ou un lien direct vers cet article...Alain Ducasse sur ARTE
Les premiers épisodes confirment les craintes formulées sur mon post. Alain Ducasse n'est guère présent sauf pour recevoir les applaudissements et les témoignages honorifiques.
 
    Alain Ducasse
 
Ce qui est dérangeant c'est que (jusqu'à maintenant dans le reportage ) à aucun moment il ne met en évidence ses seconds, récoltant seul la gloire, alors qu'il ne met plus la tenue blanche du Chef que pour les photos.
 
Les deux derniers volets du reportage nous le montreront peut-être autrement. Souhaitons-le.
 
26-02-2006
Utilisez ce lien si vous voulez ajouter un signet ou un lien direct vers cet article...ARTE, Ducasse suite et fin
Bon ! Eh bien voilà !! Les épisodes sont passés et l'impression reste la même. A aucun moment lors des très rares fois où Alain Ducasse se montre, je n'ai eu d'autre impression que de voir un homme d'affaires. Je n'ai en rien ressenti chez lui ""l'artiste"" que peut être un Chef de cuisine.
 
La présence du Chef (Ducasse) est inexistante. Lorsqu'au départ de son ""second"" Jean François Piège pour le Crillion, Alain Ducasse fait un discours encourageant à ses troupes, il le dit lui-même :
 
'Vous ne m'avez pas vu beaucoup cette année'.
 
Qu'en est-il de ses clients ?? Ces clients qui rêvent de rencontrer le plus Grand Etoilé du Monde ?!?!
Pour être allé moi-même chez quelques étoilés, j'ai toujours eu plaisir à voir le Chef (celui pour qui l'on vient) venir en salle vers la fin du service pour saluer les convives. On se trouve d'ailleurs parfois un peu gauche de ne pas savoir quoi dire devant un cardinal ou un pape de la gastronomie.
 
Comment trouver cette satisfaction avec un Chef que le personnel lui-même ne voit jamais ??
 
Ce serait bien présomptueux de ma part que de donner des conseils à Bibendum, mais j'ai quand même envie de faire une suggestion ou plutôt de poser une question.
 
Lorsque le guide attribue les étoiles, à qui sont elles attribuées ? A l'établissement ? Au cuisinier ? Ou au propriétaire ? Si c'est au propriétaire (ou gestionnaire) on peut dire que Ducasse est le plus étoilé du monde. Si c'est au Chef alors là .... ????....??
 
Bon, ceci étant, ma féflexion n'épargne personne. Pas même un Chef ... Belge...
 
J'imagine déjà les commentaires. Quel plaisir !!!
 

03:19 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

01/08/2007

Salut Eric Boschman

 
 
Grand merci à toi Eric de faire un commentaire sur un post datant du 5 Mars 2006 !!! Comme quoi les archives des blogs sont visitées !!
Ceci étant, je voudrais que les choses soient claires en ce qui me concerne !!
Les blogs et leurs commentaires sont libres.
Pour autant, je ne cautionne en aucun cas les propos de ceux qui pourraient laisser des commentaires méprisants sur qui que ce soit.
En ce qui concerne le Grand Chef qu'est Yves Mattagne, mon discours est aussi clair.
Il se commet dans une émission (lucrative ?!??!?) dans laquelle il n'a rien à faire !! La ... charmante... mais énervante Agathe (fort sympathique au demeurant comme je le disais sur mon post) ne fait que le desservir. 
Que leurs pseudos querelles soient voulues par la "prod", on s'en fiche. Que l'émission soit "éventuellement" issue d'un concept Flamand, je m'en f... (hihi j'suis Français !!)
Comme je l'avais dit dans ce post de mars 2006, cette émission m'énerve ! Je ne l'ai plus jamais regardée depuis !!
J'adore les émissions qui tournent autour de la cuisine, de la gastronomie. Il suffit pour s'en convaincre de voir mes posts : L'Observateur Télévisuel.
J'aime voir les "Grands Chefs" dans leur environnement.
Je n'aime pas voir Mattagne (même s'il y fait de jolies choses) sur cette scène de télé où il n'a que faire.
Amitiés à toi Eric Boschman.
Christian de chez Mmmmh ;-))
 

02:58 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

28/07/2007

Mon beau mois d'Août

Après ce mois de Juillet désastreux sur le plan météorologique, il vaut mieux se préparer à un mois d'Août de la même trempe !!
Alors pourquoi ne pas s'inscrire à un cours de cuisine ? Au moins pendant quelques heures on peut oublier les affres du temps.
Les recettes de ce 6 Août ?? Les voici !
 
Scampi frits à la japonaise et leur mayonnaise de sésame grillé
Le dos de cabillaud en quenelle et pavé poché dans son bouillon Pho
La tourte de poulet Tandoori
La Dacquoise au Kulfi.
 
J'ai horreur de cette expression tellement "tendance de la branchitude...", mais malgré tout je vais la dire : Que du bonheur !!!
 
Pfff j'ai honte de l'avoir dite... Mais...quand même ... C'est Que..du..b.................!!!

00:54 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

27/07/2007

L'observateur télévisuel ! Arte : Le tour du monde en 80 plats

 
Ce soir 22h30 second volet de cette émission pleine de surprises et de "Mets" à découvrir et ?? à tester ?!?!?
 
Tous à vos magnétoscopes et autres graveurs

10:22 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

18/07/2007

L'observateur Télévisuel : France2 et Arte

Deux émissions vont retenir notre attention dans les jours qui viennent.
 
Demain Jeudi 19 sur France à 20h50 : Un autre monde de Stéphane Bern.
                               
                                   
Certes il ne s'agît pas cette fois d'un reportage sur la gastronomie, mais sur un pays qui me tient beaucoup à coeur : L'Inde.
Nous aurons l'occasion d'y voir je crois les appartements privés du Maharadjah de Jaïpur dans lesquels j'ai déjà eu le privilège de dîner en compagnie de Sa Hauteur Le Maharadjah lui-même. Cette visite fait d'ailleurs partie du circuit que je propose dans le triangle d'or Dehli, Agra, Jaipur. 
 
Vendredi 20 juillet 22h15   
 
Un tour du monde gastronomique qui risque de surpendre plus d'un téléspectateur. C'est en effet vers les "curiosités" gastronomiques que ce reportage va nous conduire. Attendez-vous à des sauterelles grillées, cochon d'inde rôti, testicules de taureau, marmotte à le braise.....
Nul doute que beaucoup vont s'accrocher à leurs chaises.
Mais la gastronomie est bien faite de celà et n'est pas limitée au seuls produits que nous connaissons dans nos contrées.
Et puis, outre manche, ne dit-on pas avec dédain que les Français sont des "mangeurs de grenouilles"
Voici le résumé qu'en fait la chaîne :
 
Pendant une heure, l'énergumène Ian Wright, "Mister Adventure" de la télé britannique, explore le choc des cultures à travers l'élément incontournable qu'est la nourriture. Au menu : oeil de mouton, marmotte à la braise et caviar frais.


ARTE F © Pilot Film & Television Productions/Camilla Affleck
Son émission de voyage Pilot guides a bouleversé le paysage audiovisuel anglo-saxon : Ian Wright, surnommé "Mr Adventure" en Angleterre, détonne. Joyeux trublion à la voix nasillarde, globe-trotter hyperactif, il a traversé les cinq continents à la recherche des aventures les plus excitantes. Son savoureux mélange de curiosité et d'humour, saupoudré d'un grain de folie, lui a valu d'être nommé trois fois aux US Cable Ace Awards.
Sous la forme d'un zapping ludique, son Tour du monde en 80 plats rassemble ses carnets de voyage et nous entraîne, pour le pire et le meilleur, au coeur des cuisines du globe. L'exotisme est garanti. Le montage énergique épouse le rythme des repas de la journée : petit déjeuner, déjeuner, dîner. Pour son breakfast, Ian se prépare un oeuf sur le plat. Mais il y a tant de manières de cuire et de déguster des oeufs : oeuf cuit dans la lave d'un volcan, oeuf de 100 ans... La journée peut commencer aussi avec une portion de cervelle d'agneau au Liban, avec une libation de vin rouge en Hongrie. Au fil du parcours, le guide s'autorise des crochets, notamment sur les marchés et les terrains de chasse. En Mongolie, un homme déguisé en renard guette, fusil sous le bras, une marmotte. Il tire, égorge la bête puis plonge des braises dans son corps pour la cuire. Avec enthousiasme, Ian essaie les mets les plus repoussants comme les plus luxueux, passant d'un oeil de mouton au Kirghizistan à du caviar frais en Iran. "Quatre-vingt-treize pour cent des choses que je goûte sont délicieuses", affirme-t-il.
On épouse volontiers les tours et détours de cette virée gustative qui rappelle, sans se prendre au sérieux, que les plats, les habitudes alimentaires et les rituels liés à la nourriture sont souvent à l'image des paysages traversés et contribuent à leur identité.
 
Donc tous à vos magnétoscopes et autres graveurs !

13:56 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

14/07/2007

Un 13 Juillet au BBQ

Ce Vendredi 13, premier cours de "Grillades et Marinades" chez Mmmmh que j'ai eu le plaisir d'animer.
 
Curieusement le public était plus féminin que masculin.
Pourtant, quand on parle de BBQ, on voit généralement l'Homme s'affirmer ! Il maîtrise le Feu. Il Sait cuire la viande, Lui !
On peut faire le tour des jardins vers midi un samedi ou un dimanche (...quand il fait beau...) et l'on verra que c'est l'Homme qui fait la cuisine !!!
Sur les 14 participant(e)s, il n'y en avait pourtant que 3 (hommes !?!?!) Mais bon c'est vrai Ils maîtrisent !!
 
Bon je plaisante bien sûr !!! ;-))
 
Après les "mises en place" les parfums de grillades commencèrent à emplir l'espace Mmmmh.
 
Se succédèrent à volonté :
 
Le détournement du canard à l'orange en brochette
Les ribs de porc à la Belge
Le poulet Yassa du Sénégal
Les brochettes de fruits au sucre de palme et rhum blanc
 
Parmi les participants, un groupe de 5 jeunes femmes fêtait un anniversaire. Avant le cours, chacune d'elles est venue me dire qu'elle n'aimait pas cuisiner.
A la fin de la soirée, chacune d'elles est venue spontanément me dire : "La cuisine ce n'est normalement pas mon truc ! Mais là je me suis rendue compte que finalement c'était réalisable et amusant! "
 
Quel autre plaisir un Chef Mmmmh peut-il avoir ??
 
Ce soir il y avait une recette avec du Sirop de Liège. Le 21 juillet pour la Fête Belge il y aura une autre recette avec ce délicieux sirop.

02:48 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/07/2007

Le 21 Juillet ! Cuisine à la Belge !!

Pour la deuxième année consécutive le 21 juillet verra la cuisine Belge mise à l'honneur dans les espaces Mmmmh!
Des classiques parfois sortis des mémoires, en tout cas du roboratif . De quoi tenir le coup s'il devait y avoir la Drache Nationale !!!

10:37 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/06/2007

L'observateur télévisuel. Une fidèle lectrice...

... et une fidèle participante : Céline me fait part d'une émission qu'il va y avoir ce 28.
Fidèle participante puisque vendredi soir elle va assister au cours "Les Envies du Chef" et ce sera la 4, 5ème fois qu'elle va participer à un de mes cours. Sans parler de ceux auxquels Céline a déjà participé avec Carlo, Touta......
 
Emission donc ce 28/06
 
 Envoyé Spécial  le 28/06/07 - 20h50.
 
Un des reportages concerne tous les curieux gastronomiques dont voici le résumé.
 

Le monde est dans l’assiette
Un reportage de Benoit Bertrand Cadi, Sophie Romillat et Toni Casabianca

La capitale mondiale de la gastronomie s’ouvre peu à peu aux chefs étrangers.Trois femmes montrent le chemin : Fatema Hal, marocaine, Rougui Dia d’origine sénégalaise, Thiou, venue de Thaïlande. Chacune, à sa manière, se bat pour s’imposer dans le cercle des grandes tables françaises. Fatema Hal joue la carte de la tradition. A "la Mansouria", elle propose une cuisine authentiquement marocaine, sans concession au "goût européen". Son restaurant ne désemplit pas, et elle peut aujourd’hui savourer son succés après des années de galère à Paris. Moins puriste, Thiou a apprivoisé tous les codes de la jet-set parisienne pour gagner sa place. Ses connections amicales dans le show business lui permettent aujourd’hui d’attirer les people dans ses trois restaurants parisiens. Ses origines thaï sont presque mises de côté. Elle sert une gastronomie métissée (pot au feu à la mode thaï par exemple) pour surfer sur l’air du temps de la world cuisine. Les people en raffolent. A mi-chemin entre ses deux aînées, Rougui Dia insuffle une touche sénégalaise chez Petrossian. Plutot que de cuisiner les plats de ses origines, elle tente de gagner sa place parmi les chefs français. Elle dirige aujourd’hui la cuisine du restaurant Petrossian, le plus connu des restaurants de caviar. Avec l’ambition un jour d’ouvrir son propre établissement. Et de retrouver les saveurs d’Afrique héritées de sa mère.
Comment ces trois femmes marient-elles leur culture avec les codes des fourneaux à la française ? Quelles concessions ou sacrifices font-elles pour y arriver ? Qu’apportent-elles de neuf dans notre assiette ?

 

Merci encore à Céline pour l'info et tous à vos magnétoscopes et autres graveurs.

 
 

18:50 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/06/2007

Surprise surprise !!!

Que JP fasse la promo du 92 Chaussée de Charleroi je le comprends.
Mais que son blog soit en tête des Mmmmhblogs ?!?!?? Là j'ai du mal à y croire !!!
Depuis quelques mois il est en tête alors qu'il ne fait que de rares posts.
Nul doute qu'il possède la clef (comme Carlo d'ailleurs et Touta aussi!!) pour avoir un nombre de visites que l'on ne sait compter.

00:37 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/06/2007

L'observateur télévisuel. TV5 : Envoyé spécial

TV5 nous propose ce dimanche 10 à .... 0h43 !!!... l'émission Envoyé Spécial.
Parmi les différents reportages, un retiendra particulièrement notre attention.
 
L'utilisation des herbes et fleurs sauvages dans la cuisine. Longtemps disparues des tables et cuisines des Grands Chefs, elles font actuellement un retour en force. C'est ce que ce reportage nous propose de découvrir.
 
Voici le résumé qu'en fait la chaîne :
 
Les herbes folles en cuisine Un reportage d'Emmanuel Guilbert & Michel Thoret.
Langoustines à l'oxalys, au plantain et fleur de mauve, sandre aux orties...
 
Des plantes ou fleurs que personne n'imaginait être consommables. Et pourtant, des grands chefs s'en servent en concoctant des plats savoureux. Une tendance qui renoue avec la cuisine de nos ancêtres.
Les mauvaises herbes ou fleurs ont été bannies de notre alimentation dans les années 50. Prospérité oblige ! Elles sont réhabilitées, aujourd'hui, tant pour leurs valeurs gustatives que nutritives.
Pour reconnaître dans la nature, la chicorée, le pourpier, la pimprenelle et autres herbes sauvages, des stages sont proposés à tous ceux qui veulent changer leurs habitudes culinaires.
Nous avons suivi en Suisse, un de ces stages : « cueillette et cuisine de plantes sauvages ». Organisés par François Couplan, un ethnobotaniste, ces stages rencontrent de plus en plus de succès. Nous avons suivi également une femme spécialiste des fleurs comestibles. Cooky Debibour donne des cours de fleurs à des grands chefs, comme Yannick Alleno, le chef du Meurice, deux étoiles au Michelin.
De la cueillette en plein Paris, en passant par les cuisines de Pascal Barbot, le jeune chef étoilé de l'Astrance, jusqu'à l'agricultrice qui le livre en plantes sauvages, nous suivrons l'aventure de ces herbes devenues les reines des assiettes.
 
Vu l'heure tardive de diffusion, je pense qu'il est particulièrement adapté de dire : A vos magnétoscopes et autres graveurs !

13:14 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

06/06/2007

L'observateur télévisuel. France 5 : Carnets du Japon

Aller a la home de France 5
 
Mieux vaut tard que jamais !!
 A partir de cet après-midi, à 14h45, France 5 nous offre une série de 4 épisodes sur les Sushis, le Thé, le Sake.
Il y a donc fort a parier que la plus part d'entre nous n'aurons pas vu le premier épisode. Mais heureusement il en reste 3 !!!
Voici le résumé qu'en fait la chaîne :
 
' Carnets du Japon ' est une invitation à la découverte de la culture et de la société japonaise à travers la vie quotidienne de notre époque. Dans cette série, comme dans ' Carnets de Chine ', ' Carnets d'Inde ' et ' Carnets d'Egypte ', sont abordés divers aspects de la culture japonaise à travers la réalité au quotidien.
(1 / 4) Sushis, thé et saké. Entre les sushis et les sashimis, au restaurant, l'hésitation est fréquente. Partir à la découverte de ces mets, c'est visiter les restaurants où chaque cuisinier connaît plus de spécialités que le client ne pourra en déguster : depuis le poisson découpé servi encore frétillant jusqu'au fugu porteur de toxines mortelles qui ne peut être préparé que par des chefs agréés. C'est découvrir la criée la plus grande du monde à Tokyo où d'immenses thons sont découpés au sabre, suivre les pêcheurs en mer, visiter un atelier de fabrication de sushis et de poissons en plastique plus vrais que nature, se perdre dans l'aquarium géant d'Osaka. Le thé peut exister sous différentes saveurs. À Tokyo, chaque soir, dans des rues étroites noyées sous le vacarme du métro aérien, une multitude de petits bars accueille les employés qui, entre le bureau et la maison, vont trouver grâce au saké un instant de repos.
Donc tous à vos magnétoscopes et autres graveurs !

15:57 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/06/2007

Le premier cours du 92

J'ai eu ce vendredi soir le privilège de donner le tout premier cours dans le tout nouvel espace de loisirs culinaires actifs Mmmmh au 92 Chaussée de Charleroi à Bruxelles.
Les 16 participants ont pu découvrir ce lieu magique et cuisiner dans des lieux immaculés.
Le thème était : Herbes et Epices. Au menu se succédèrent : Minestrone de coquillages à l'huile de lime, saumon mariné au citron vert présenté en sushi et condiment roquette krachai, brochette de citronnelle aux noix de Saint Jacques condiment fenouil-raifort-citronnelle et huile de piment au curcuma.
Un pur plaisir !!
 
Voici quelques photos de ce premier cours du 92.
 
EspaceA

Photo-0078A

 

Photo-0080A

 

Photo-0084A

 

Photo-0083A

 

Ce dimanche 3 juin les portes de Mmmmh sont ouvertes à tous les curieux gastronomiques. N'hésitez pas à y faire un visite. Un verre de vin et quelques dégustations vous y attendent !

01:08 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/06/2007

Mmmmh ! Feu d'artifice Culinaire!!

Dans les jours qui viennent les Mmmmhblogs vont chauffer !!!
Chacun y mettra son commentaire et ses photos.
 
Pourquoi ??
 
Simplement parceque ce jeudi soir avait lieu l'inauguration du nouvel Hyper Espace de la gastronomie.
 
J'avais, à la hanche mon "numérique", prêt à dégainer pour fixer au passage toutes les personnalités. Mais je ne m'en suis servi que peu de fois... Pas le temps !! ...
Je me devais au Serrano et Choriso ; au Roquefort, magret de canard et pommes grenailles ; et surtout aux kilos de "Saucissons" qu'il soient à la pistache, aux morilles et pistaches ou encore mieux, "Le Must",  des Sabodets cuits au Beaujolais qui s'envolaient comme feuilles au vent.
A peine en avais-je coupé les tranches qu'elles avaient disparu entre quelques cuillèrées de lentilles vertes du Puy.
Pendant ce temps ce pauvre Touta se faisait plein de Sushis tandis que Fred et Sergio emplissaient de pâtes une roue de Parmiggiano.
 
Belle soirée que cette inauguration du Mmmmh 92 Chaussée de Charleroi
 
Le 14, le20, le 92 !!! Bientôt toute une Chaussée dédiée aux Vrais Plaisirs de la Gastronomie !!!
 

02:23 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

31/05/2007

L'observateur télévisuel : RTL TVI Coûte que Coûte

La redif est prévue ce samedi 2 juin à 12h25. Cette fois je ne vais pas la manquer.
 
          nGED_ID_HEADER
 
Merci à Michel, lecteur de ce blog, qui m'a fait parvenir l'information. Donc tous à vos graveurs et autres magnétocopes !

10:19 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

30/05/2007

L'obsevateur télévisuel : RTL TVI Coûte que coûte

Alors là !! Je me suis fais avoir !! Je n'avais pas repéré cette émission de Coûte que Coûte "Au Marché des Chefs" !!!
Un comble pour moi qui fais régulièrement "Une journée avec Christian au Marché des Chefs" !!!!
Certes j'étais pris aujourd'hui chez Mmmmh pour aider à l'ouverture du nouvel Hyper espace de Loisirs Culinaires Actifs Mmmmh (92 Chaussée de Charleroi à 1060) ! Mais quand même !!
J'espère trouver et vous communiquer bientôt une date de redif de ce reportage qui, à n'en pas douter, est propre à ouvrir l'appétit et éveiller les papilles.
Si quelque lecteur connaît déjà une date de redif, qu'il me la communique. Je mettrais mon graveur en route et en avertirais tout le monde.

23:17 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |